Il faut immédiatement utiliser les trains disponibles de la Deutsche Bahn AG pour réaliser la liaison Athènes – Thessalonique – Berlin.

[allemand] ** [grec] ** [anglais]

La situation de plus de 50 000 réfugiés ayant échoué en Grèce, dont plus de 10 000 à Idomeni, dans les champs près de la clôture à la frontière, s’aggrave sur trois plans depuis ces jours derniers : Premièrement parce qu’il n’y a plus en Grèce suffisamment de place pour héberger les réfugiés et que les camps des îles grecques ressemblent de plus en plus à des établissements pénitentiaires. Deuxièmement parce que la Grèce subit une énorme pression de la part de l’UE, en particulier de Berlin, pour reconnaître à la Turquie le statut de « pays tiers sûr » afin de pouvoir procéder immédiatement à des expulsions massives vers ce pays. Troisièmement parce que la Turquie prouve abondamment chaque jour qu’elle n’est pas vraiment disposée à respecter les droits humains et refoule des réfugiés à ses propres frontières, en emprisonne chez elle et en expulse un grand nombre – y compris vers des pays où ils courent le danger d’être torturés et assassinés.

Face à cette situation, nous appelons le gouvernement fédéral à laisser entrer en Allemagne les réfugiés échoués en Grèce en affrétant des «trains de l’espoir».  La Deutsche Bahn AG dispose d’au moins deux douzaines de wagons-lits inutilisés depuis la suppression des trains-autos en 2014. Il ne nous semble pas impensable qu’à la DB ainsi qu’à sa filiale DB European Railservice (DB ERS) qui gère les trains de nuit, il y ait des collègues volontiers disposés à servir de personnel d’accompagnement dans ces «trains de l’espoir».

La majeure partie des réfugiés échoués en Grèce remplit de toute façon les critères autorisant à obtenir le droit d’asile en Allemagne. Plusieurs milliers d’entre eux ont droit à un hébergement assuré en Allemagne, dans la mesure où ils ont de la famille dans notre pays.

Nous rappelons l’été 2015 où le gouvernement fédéral et la DB se sont déclarés prêts à affréter des trains comparables pour les réfugiés bloqués, à l’époque, à Budapest. Ce que le Ministre-Président Bodo Ramelow a déclaré voici quelques jours au sujet des réfugiés échoués à Idomeni, nous le disons de ceux qui sont en Grèce : «Nous y arriverons.»

Premiers signataires :

  • Joachim Holstein, Betriebsrat DB European Railservice GmbH (DB ERS )
  • Peter Dreller, ehem. Gesamtbetriebsratsvorsitzender DB European Railservice GmbH
  • Barbara Huber, Betriebsrats-Ersatzmitglied DB European Railservice GmbH
  • Dorothee Vakalis, Pfarrerin i.R., Thessaloniki
  • Marie-Dominique Vernhes, Redaktion „Sand im Getriebe“; Mitglied der AG Internationales von Attac De.

Für die Bahnexpertengruppe Bürgerbahn statt Börsenbahn – BsB:

  • Thilo Böhmer (Lokomotivführer)
  • Johannes Hauber, President “Railway Equipment Manufacturing Committee industriAll”, Mannheim
  • Klaus Gietinger, Regisseur, Michendorf
  • Andreas Kleber, Schorndorf
  • Andreas Kegreiß, Dipl.-Ingenieur (BA), Herrenberg
  • Prof. Heiner Monheim, Bonn
  • Prof. Jürgen Rochlitz, Burgwald-Eder
  • Dr. Winfried Wolf, Chefredakteur Lunapark21 und FaktenCheck:HELLAS, Wilhemshorst

Für die Initiative „Zug der Erinnerung“:

  • Hans-Rüdiger Minow (Vorstandssprecher « Zug der Erinnerung » e.V.)
  • Tatjana Engel (Vorstand « Zug der Erinnerung » e.V.)

Initiatorinnen und Initiator bzw. Koordination:
Dorothee Vakalis, Thessaloniki; Marie-Dominique Vernhes, Hamburg; Dr. Winfried Wolf, Wilhelmshorst

signer ici

Publié