Il y a un an, plus de 60 pour cent de la population grecque avaient dit « OXI » (Non) au diktat de l’Union européenne, de la BCE et du Fonds monétaire international (formant ensemble la « Troïka »), qui avaient insisté sur un nouveau programme comportant des baisses des retraites et l’augmentation de la TVA. Mais la Troïka a fini par s’imposer. Syriza a capitulé. Le gouvernement dirigé par Syriza appliqué, désormais, en Grèce le programme des créanciers… contre la volonté manifeste de la majorité et à son détriment.

Il devient de plus en plus clair : la Grèce doit servir d’exemple. La politique d’austérité anti-sociale qui a trouvé application en Grèce est aujourd’hui le programme de ceux qui dominent au sein de l’UE : la Commission européenne, la Banque centrale européenne, le gouvernement allemand… et derrière eux, les grands groupes économiques et les banques. Cette politique est dirigée contre la majorité de la population dans l’UE.

Le projet UE représente, selon la présentation que l’Union européenne donne d’elle-même, pour la création d’EMPLOIS et pour la SECURITE SOCIALE. Mais en réalité, le CHÔMAGE DE MASSE et le TRAVAIL PRECAIRE augmentent. L’ECART entre RICHES et PAUVRES s’accroît de façon continue.

L’UE représente officiellement la PAIX. Mais en réalité, l’UE et plusieurs de ses Etats membres sont impliqués dans un nombre croissant d’interventions militaires et de GUERRES.

L’UE se revendique de la DEMOCRATIE. En réalité, la substance démocratique diminue, au fur et à mesure que l’on approche de Bruxelles ou des institutions de l’UE.

L’UE proclame la LIBERTE DE CIRCULATION. Mais en réalité, l’UE mène une politique de la FORTERESSE EUROPE, qui a pour résultat que d’année en année, des milliers d’hommes et de femmes MEURENT NOYES dans la mer Méditerranée.

Le projet UE est censé représenter une REDUCTION DES INEGALITES entre les territoires. En réalité, il existe un écart important et croissant entre les régions plus riches au centre l’UE t les régions pauvres de la « périphérie ». En même temps, la politique d’austérité menée par l’UE conduit au recul des solidarités, à la haine et a contribué à la MONTEE DE COURANTS D’EXTREME DROITE et FASCISTES.

FactCheck:EUROPE est né à partir de la publication FactCheck:HELLAS, paru courant 2015 en cinq éditions (et en cinq langues).

FactCheck:EUROPE contribue à éclairer sur les contradictions entre la présentation que l’UE donne d’elle-même et sa réalité.

FactCheck:EUROPE s’engage pour les pauvres, les chômeurs et chômeuses, les salarié-e-s et pour tous les réfugié-e-s.

FactCheck:EUROPE contribue, aux côté des syndicats de lutte et des mouvements sociaux, à forger la solidarité d’en bas et à imposer des droits démocratiques et sociaux en Europe.

Rédaction Nikos Chilas (Athènes Berlin), Sebastian Gerhardt (Berlin), Sascha Stanicic (Berlin), Werner Rügemer (Cologn), Mag Wompel (Bochum), Winfried Wolf (Michendorf). Directeur de publication : Winfried Wolf. Traduction vers le français : Bernard Schmid

L’édition allemande est aussi publié sous format papier et est particulièrement appropriée, en raison de son bas prix, à être diffusée lors de réunions publiques, dans des centres culturels, des maisons d’associations etc.

FactCheck:EUROPE est financé uniquement par les contributions ci-dessus mentionnées et par des dons.

Support BFS – Büro für Frieden & Soziales e.V.

Compte bancaire (pour des dons) BFS e.V. , MBS-Mittelbrandenburgische Sparkasse
IBAN: DE04 1605 0000 3527 0018 66 SWIFT-BIC: WELADED1PMB

Publié